Regime pates et soupe 2014

Mincir, c'est manger. Manger bien, varié et équilibré, mais certainement pas cesser d'absorber le moindre nutriment. Certes, sur le coup, vous allez perdre, mais vous n'allez pas bien perdre. Cela crée des carences, vous noue l'estomac et surtout : votre corps va stocker au repas suivant.

TWITTER En effet, votre métabolisme, persuadé d'être mis à la diète, va vouloir faire des réserves pour stocker les choses dont il a besoin pour son bon fonctionnement. Au lieu de digérer normalement votre repas, tout ira dans les réserves. Du coup, sauter un repas produit l'effet inverse que celui désiré. Même si vous n'avez pas faim, faites un petit repas : un fruit, une petite salade de carottes râpées Mais ne restez pas l'estomac vide.

Non, vraiment ce n'est pas une bonne idée. Si vous voulez faire un repas "diète", on vous conseille, plutôt que de le sauter totalement, de n'absorber que des aliments liquides : soupes ou jus.

Ou bien de manger une salade de fruits. Bref, quelque chose de très léger, mais quelque chose quand même. Et de préférence, faites ce repas le soir.

Elle n'a mangé que ça pendant 1 semaine et a perdu 3 kg. Mais oui Monique, mais qu'arrive-t-il les 3 semaines suivantes? Le corps, en situation de carence, stocke au maximum tout ce qu'il peut. Pour perdre de manière ponctuelle, ça marche. Pour un régime longue durée, c'est n'importe quoi.

Et puis surtout : il est extrêmement lassant de manger toujours la même chose. Vous risquez de craquer pour des sucreries ou de la nourriture grasse beaucoup plus facilement qu'en vous nourrissant de manière normale et agréable. Manger doit rester un plaisir, même si on fait un régime.

On ne fait que cette mono-diète que sur une journée. On limite ainsi les dégâts. Mais mieux vaut manger varié et équilibré en fin de compte. Ces jus sont fait pour décrasser l'organisme, le nettoyer, mais en aucun cas pour faire maigrir. Une cure peut être un bon starter pour se mettre au régime, mais en général lors d'une cure détox on ne perd pas de poids, ou très peu et on le reprend après. Manger liquide a pour but de mettre au repos l'estomac et de lui permettre de moins travailler lors de la digestion.

Pire, à base de 5 jus par jour, vous allez absorber 5 litres de liquide. Pendant la cure, il se peut donc même que vous preniez quelques grammes et que vous vous sentiez ballonnée et on vous le dit d'expérience. On utilise une cure de jus détox comme la première étape d'un régime amincissant, ou en pause dans le régime. Mais ce n'est pas un régime en temps que tel. Se contenter de calories par jour, certes c'est très efficace, mais ce n'est pas tenable dans la durée. Même si vous êtes dotée d'une volonté de fer.

Quoi qu'il arrive, un régime doit autoriser des écarts de temps en temps. Manger une fois par semaine le plat qui vous fait plaisir est important dans le processus d'amincissement. Il permet de ne pas craquer pour des choses très caloriques et vous assure de renouer avec la sensation de bonheur liée à la nourriture. Non, bien manger ne doit pas être une corvée. Mincir est certes contraignant, mais il est possible de le faire en douceur. Et pensez à l'après! Si vous commencez à penser que manger est complexe, une fois votre régime terminé, il sera difficile de revenir à une alimentation normale, saine et agréable.

Alors se mettre au régimec'est bien. Souffrir pour le tenir, cela ne sert à rien. C'est le craquage assuré au bout d'un mois.

On se fait 3 jours de choc alimentaire à calories par jour, mais pas plus. Et surtout : on cuisine soi-même pour garder la notion de plaisir, même en période d'amincissement. Souvent accusé d'être le pire aliment du monde, le pain n'est pas si méchant qu'il en a l'air.

Certes, il reste calorique, mais apporte également beaucoup de nutriments nécessaires à notre métabolisme et à son bon fonctionnement. Donc en manger à tous les repas, peut-être pas, mais une fois de temps en temps ne tuera personne. Il suffit surtout de bien choisir son pain!

On préférera par exemple le pain complet au pain de mie. Mais c'est surtout ce que l'on met sur le pain qui fait la différence. Le pain seul, ça passe. Si on rajoute du beurre, là, ça ne passe plus. On est intolérant au gluten. Là, c'est une autre histoire. C'est vrai, les régimes fatiguent. Le sevrage calorique est trop radical. On passe de l'abondance tendance junk-food à des rations lilliputiennes pour herbivores, en faisant l'impasse sur les nutriments de la vitalité.

Sous-alimentée voire carencée, on tient à bout de nerfs sur les miettes d'énergie disponibles. Notre corps n'hésite pas à dépouiller ses organes pour trouver le carburant qui va lui permettre de fonctionner. On enchaîne hypoglycémies, baisse de tension, fonte musculaire. Notre taux de sérotonine, hormone de la bonne humeur, flanche. On est lessivée avec le moral dans les chaussettes Pourtant, on peut maigrir pleine de peps et sans fatigue!

La preuve avec notre régime qui privilégie autant la vitalité que la perte de poids. Ses principes? Plutôt faciles à vivre au quotidien. On mange équilibréen veillant à ne pas supprimer de notre alimentation des nutriments pro-énergie.

On privilégie les protéines naturelles poisson, volaille, viande, laitages, oeufs aux vertus dopantes et coupe-faim, qui rassasient longtemps. Elles tonifient les muscles pour fondre sans virer flapie, en dégommant la seule masse grasse. On conserve les lipides à minima car ce sont eux qui véhiculent les vitamines dans l'organisme et certaines ne peuvent être assimilées sans eux. Les études prouvent même qu'on mincit mieux avec.

Durant la phase starter, pour décoller, on réserve les glucides lents et féculents pain, riz, pâtes, pomme de terre, lentilles On force sur les légumes cuits et les crudités énergisants à forte concentration en minéraux et vitamines, et on choisit des fruits dynamisants à glyx index glycémique bas. On ne fait pas d'impasse sur le petit-déjeuner tonifiant de la matinée et anti-coup de pompe de 11 heures grâce à la synergie des protéines, lipides, glucides lents et fruit.

On goûte sucré et protéiné : c'est l'arme fatale anti-craquage de 19 heures, qui assure un moral en béton pour la soirée. On snobe les sucres à indice glycémique élevé pain blanc, purée, biscuits Leur coup de fouet immédiat, éphémère, cède vite place à la fatigue doublée de fringales, pour cause d'inflation brutale de la glycémie et de déferlement d'insuline. Avec, en malus, un renflouage des adipocytes, l'insuline convertissant les sucres en graisse.

Le citron, alcalin malgré son goût acide, neutralise l'excès d'acidité, source de fatigue, accumulé dans l'organisme et encore renforcé par les protéines des repas. Les glucides lents à index glycémique bas distillent sur plusieurs heures l'énergie optimum, grâce à leur lent passage dans le sang. Zéro faim, zéro stockage gras et dynamisme à la clé. Pain au levain plutôt qu'à la levure, car ses enzymes préservent l'intégrité du magnésium anti-fatigue qu'il contient.

Le fructose des deux fruits à index glycémique bas offre un coup de fouet vitalisant. En hyperpigmentation melasma causes pas de coup de pompe en retour de bâton : leurs fibres, leur gras végétal et leurs vitamines freinent l'absorption de l'insuline.

Indispensable, car le sucre est le seul carburant du cerveau, à hauteur d'un sucre par heure. Zéro pain. Les lipides assurent le quota vital en acides gras essentiels pour les cellules. L'acide aminé tyrosine des protéines se métamorphose dans le cerveau en dopamine, le neuromédiateur qui dope la vigueur et coupe la faim prouvé par l'Inserm.

De plus, les protéines déchaînent la dégradation des graisses qui libère de l'acétone au double effet excitant et, là encore, coupe-faim.

Enfin, les protéines assèchent les tissus pour faire disparaître toute sensation de lourdeur due à la rétention d'eau. Les légumes et crudités augmentent la satiété, on peut manger plus, sans augmenter les calories, en faisant le plein de minéraux et de vitamines, notamment la C. Le fer consolide nos forces : il alimente les globules rouges, lesquels acheminent l'oxygène dans les cellules pour produire de l'énergie. Les fibres végétales régularisent, par ailleurs, les transits paresseux, source d'épuisement et de mauvaise élimination.

Le fruit du goûter dope le taux de sérotonine, le neuromédiateur en charge de la régulation des émotions et du bien-être.

Ses glucides permettent au tryptophane, un acide aminé tapi dans les protéines, de passer jusqu'au cerveau où il est converti en sérotonine. Réintroduisez 1 fruit frais à index glycémique bas seulement aux déjeuners. On réintroduit 2 fruits à index glycémique bas, en collation et au déjeuner, et on augmente le quota alloué au petit-déjeuner, pour rassembler l'énergie nécessaire à la poursuite du régime en restant au top.